ESTIME DE SOI

  • Par gasparic
  • Le 14/10/2020
  • Commentaires (0)

ESTIME DE SOI

 

En matière d'accomplissement de l'estime de soi, il est parfois utile de ne  pas se chercher soi mais de simplement chercher sa place, c'est-à-dire le lien, l'activité, les liens qui nous donnent le sentiment d'exister. Se focaliser sur les interactions entre soi et l'environnement.

Il y a plusieurs sortes de places : des lieux où s'on se ressource ( par la beauté ou de leur signification pour notre histoire), des actes où l'on se retrouve (aider, soigner, consoler, construire...), des liens où l'on s'épanouit (amour, amitié, humanité). Lorsque l'on se sent à sa place on est plus facilement en harmonie avec soi et avec ce qui nous entoure.

Etre à sa place c'est être nourri par tout ce qui nous entoure et tout ce qui nous arrive, faire partie d'un tout. C'est avoir le sentiment de progresser, de se sentir vivant, c'est à dire plus riche à chaque instant de ce que l'on vient de vivre d'agréable ou de désagréable.

La véritable estime de soi c'est accepter de faire des erreurs sans se déprécier et d'utiliser ces dernières pour opérer à certains changements dans nos propres comportements aussi bien au niveau professionnel que privé.

"La perfection est une défense" disait Paul Valéry. Etre perfectionniste est une manière de se rassurer par rapport à la peur de l'échec ou de l'imperfection afin de compenser un regard négatif sur soi-même et d'exister par le FAIRE par rapport à soi mais surtout par rapport aux autres. Le perfectionnisme est un leurre. Il est nécessaire d'accepter l'imperfection chez les autres comme chez soi : elle n'est pas toujours preuve de laisser aller ou de médiocrité. Accepter l'imperfection c'est passer le goût de la vie avant l'obsession de l'image de soi.

Pour bien vivre au quotidien il est important de ne pas s'attarder aux résultats mais bien être présent et prendre un certain plaisir à ce que l'on fait dans le moment et ce dans tous les actes.

On pense surtout à soi lorsque l'on souffre : c'est le Moi qui va mal qui est rempli de lui-même, de ses peurs ou de ses attentes. Pour pouvoir s'oublier et être moins obsédé de soi, il faut d'abord mieux s'occuper de soi-même. Prendre soin de soi c'est consacrer du temps à la réflexion sur soi, c'est agir pour que sa vie soit pleine d'autre chose que de soi et ne pas voir dans les autres que du soutien, du réconfort, de la reconnaissance, c'est s'apporter à soi-même cette reconnaissance tant attendu par les autres, c'est aussi s'abstenir de juger ou de critiquer.

 

 

Ajouter un commentaire